Accueil du site > Rubriques Adhérents > Témoignages > Piano automatique Buisson-Rond - Chambéry
Accueil du site > Rubriques Adhérents > Témoignages > Piano automatique Buisson-Rond - Chambéry

Piano automatique Buisson-Rond - Chambéry

(par Philippe BEAU) - Article paru dans le n° 94 de la Revue Musiques Mécaniques Vivantes de l’AAIMM

vendredi 3 avril 2015

Vous appréciez cet article ?
Vous êtes passionné de musique mécanique ?
Seul votre soutien financier actif nous permettra de poursuivre la publication de nos articles.

Adhérez à l'AAIMM en cliquant sur ce lien.


Piano automatique Buisson-Rond - Chambéry
par Philippe BEAU

Regardez la vidéo du Piano Buisson-Rond

Un beau jour de 2014, un ancien menuisier-charpentier vint à la rencontre de notre "Roi du piano" Marcel Mino, en son musée du Beaujolais. La notoriété toujours grandissante de notre ami était arrivée jusqu’aux oreilles de cet artisan de Pressins, en Isère. Il avait hérité d’un café de famille, devenu aujourd’hui résidence particulière. De ce fait, il avait remisé par obligation et depuis longtemps, le gros piano automatique qui avait dû faire les beaux jours des clients du lieu à la belle époque. L’homme se souvenait encore, que, dans les années 60, une fois l’an, lors de la fête du village, on ressortait le "vieux piano désaccordé" pour une danse...

Nous savons qu’aujourd’hui, dans une réfection d’appareil de ce genre, au minimum, les changements cordes et chevilles sont obligatoires. Au même titre qu’un coup d’oeil sur la mécanique, un bon nettoyage de la caisse et une révision du cylindre. Marcel le sait mieux que quiconque, mais, ne s’attendait pas à trouver un piano dans un tel état d’abandon. Je l’avais accompagné pour cette rencontre assez inattendue entre l’homme et la "machine"... Horreur ! en plus des outrages traditionnels du temps, ce pauvre appareil avait séjourné dans l’eau durant plusieurs jours... Son hangar de retraite était en effet pas très loin d’un modeste cours d’eau. Mais, lors d’une crue subite, le petit ru se transforma en torrent violent qui baigna notre piano jusqu’à hauteur de la base des marteaux. Résultat, mécanique bloquée, cylindre entièrement décollé et ouvert en deux, tout le bas du meuble complètement détruit. Je n’avais jusqu’alors jamais vu autant de désespoir dans les yeux de mon ami. Car ce piano était assez exceptionnel, de belle taille et largement pourvu d’instruments complémentaires. Alors, constater ce triste résultat lui brisait le coeur. Nous nous sommes regardés, aussi désolés l’un que l’autre et ne sachant quelle décision prendre. Mais voyant notre artisan aussi désemparé que nous, Marcel décida de tenter l’impossible, sauver le piano !

D’ailleurs, ce piano, n’attendait-il pas que cela ? Qu’une main providentielle vienne s’occuper de lui pour lui redonner une seconde jeunesse... Objets inanimés avez-vous donc une âme ?

"Tu sais Philippe, je ne sais pas si je vais le sauver celui-ci..."

Les mots d’inquiétude de Marcel en disaient long sur le devenir de ce malheureux piano automatique.

Inutile de vous préciser que le chargement et le transport ne furent pas simples. Il fallut sangler fortement l’appareil, l’emmailloter comme un nouveau né, de peur qu’il ne tombe en morceau au moindre faux mouvement ou à la plus petite secousse du voyage. Arrivé à bon port, le plus dur restait à venir. Après une étude plus approfondie, Marcel restait surtout inquiet au niveau du cylindre. Car, si ce dernier ne pouvait être recollé comme il faut, qu’il resta voilé même très légèrement, alors, le piano ne jouerait pas convenablement. Dans tous les cas il faut que la rotation du cylindre soit parfaite et bien équilibrée. A l’inverse, certains clous d’une même rangée ne pourraient pas attraper les bases des marteaux, et, certaines notes ne seraient donc pas jouées. C’est alors que commença un jeu méticuleux d’assemblage et de collage afin de redonner la forme initiale au cylindre. Le verdict tomba quelques semaines plus tard... Ça tournait rond !

La mécanique largement huilée fut dégrippée dans la foulée, puis, le bas de caisse entièrement refait à l’identique. A partir de ce moment là, pour Marcel c’était presque gagné, le plus dur mais surtout le plus incertain du travail de restauration venait de s’accomplir avec succès. Evidemment, il fallut renforcer le piano avant de lui changer cordes et chevilles pour en assurer une bonne tenue dans le temps et refaire la mécanique intérieure. Marteaux nettoyés, redressés ou bien voire même changés, remise en état des instruments d’accompagnement, bref ! de longs mois de travail pour heureusement, un superbe résultat !

Ce "miraculé" n’est autre qu’un impressionnant piano automatique de la célèbre Maison Buisson-Rond à Chambéry. Marcel a retrouvé sa date de fabrication toujours visible à l’intérieur du meuble. 27 octobre 1927, on est bien sur un piano de dernière génération, avec cette forme dite "armoire". Il mesure tout de même 190 cm de haut hors fronton, pour 122 cm de large et 73 cm de profondeur.

Son panneau de façade est de grande beauté et heureusement, n’a subit aucun dommage. On peut y admirer la superbe peinture d’origine représentant un paysage de montagne avec sa rivière et des vaches s’abreuvant.

De part et d’autre un miroir à glace biseautée rehausse le tout. L’originalité est bien-sûr dans cette présentation "nouveau design" années 25/30. A souligner, deux "ouïes" grillagées qui permettent une diffusion sonore de qualité, même façade fermée.

Armé de cinquante-et-un marteaux dont quatre pour les cloches, un pour la cymbale, un pour la grosse caisse, un pour le tambourin, deux pour la caisse claire et deux pour le wood-block en font un véritable orchestre.

Les quarante derniers marteaux étant bien-sûr pour la partie piano.

A son écoute on peut être surpris, car devant une telle panoplie d’instruments d’accompagnement, on s’attend souvent à plus de violence sonore.

Ici, pas du tout, l’équilibre est parfait, nous offrant une belle harmonie. Marcel a constaté que le cylindre avait été "repiqué" avec de nouveaux airs au début des années 30 (On voit nettement de nombreux emplacements rebouchés qui accueillaient d’anciens clous, donc une ancienne notation).

La carte des airs offre un bel éventail de morceaux en vogue à l’époque, valse, java, charleston, fox-trot ou autre one-step sont bien présents. A noter que l’un d’eux est une composition du célèbre noteur Emile Tadini, qui oeuvra surtout et longtemps pour les fabricants niçois.

Voilà, le pari était loin d’être gagné...

Le combat fut rude mais le résultat parle, ou plutôt chante de lui-même. Peut-être bien que dans ce cas précis et plus que jamais, Marcel peut s’enorgueillir de dire haut et fort, encore un de sauvé !


Vous avez apprécié cet article ?
Adhérez maintenant à l'AAIMM en cliquant sur ce lien.
 
ADRESSER UN MESSAGE A L'AAIMM nbsp;                              ADHERER A L'ASSOCIATION                                RÉGLER VOTRE COTISATION
Mentions Légales
Suivre la vie du site  RSS 2.0
Plan du site
Administration
Association des Amis des Instruments et de la Musique Mécanique
© Toute reproduction partielle ou totale, utilisation des documents présentés est formellement soumise à l'autorisation écrite de l'AAIMM.